L’ITEP pour Diego, un choix difficile mais sans regret.

Coucou, je te retrouve pour la suite du précédent article. Je t’ai parlé des troubles sévères du comportement de Diego. Mon petit homme âgé de 9 ans. Tu as loupé l’article! Ce n’est pas grave, tu le retrouveras juste ici.

Aujourd’hui, je vais te parler de l’une des décisions les plus importante que l’on est pris pour notre fils. L’inscrire en ITEP à la rentrée de septembre 2018.

L’expérience de l' ITEP, notre avis que la question.

Qu’est ce que l’ITEP ?

L’ITEP est un institut thérapeutique et pédagogique spécialisé pour les enfants soufrant de troubles sévères du comportement. Il existe plusieurs scolarités possible en ITEP. Diego y est en internat complet du lundi au vendredi pour le moment. Il est aussi possible d’y être demi-pensionnaire ou en semi-internat. C’est un choix qui est fait avec le chef de service de l’établissement, le pédopsychiatre, les éducateurs, mais aussi et surtout avec la famille de l’enfant.

Dans le fonctionnement de l’ITEP, la famille et l’enfant sont vraiment au centre de chaque décision. Nous sommes consultées à chaque décision afin d’avoir notre avis.

Diego va aussi en classe ITEP dans l’école de la ville, mais c’est une classe de maximum 5/6 élève avec un maître et une éducatrice de classe. Autant vous dire qu’ils ont vraiment du temps à consacrer à chaque enfant. Il n’y a pas de niveau de classe c’est-à-dire ce1, ce2 cm1 etc. Ils se basent sur le niveau individuel de chaque élève. Diego à fait d’énorme progrès dans cette classe, ce qui lui permet aujourd’hui d’être 2.5 jours par semaine en intégration en classe de ce1/ce2 classique.

Le fonctionnement de l’ITEP

L’ITEP est divisé en trois groupes d’âge les plus jeunes, les moyens et les grands. Les plus jeunes ont à partir de 6 ans et les plus âges peuvent avoir jusqu’à 20 ans.

Les enfants sont encadrés par des éducateurs en journée et par des veilleurs de nuit, la nuit (logique, je sais). Ils sont aussi encadrés par une équipe médicale et thérapeutique (psychologue, psychomotricienne, médecin, infirmière, pédopsychiatre, orthophoniste etc..). Toute la partie soin est vraiment simplifié pour les familles, car tout se fait au sein de l’établissement.

Ils font également de nombreux ateliers et activités ensemble pour favoriser l’esprit de groupe et la socialisation. Mais aussi des ateliers plus thérapeutiques. Par ailleurs, ils permettent aussi d’inscrire les enfants à des activités extra-scolaire et les véhiculent aux entraînements en semaine. Diego devrai commencer le judo en septembre.

Les démarches pour l’inscriptions:

En premier lieu, il nous a fallu faire une demande à la MDPH. Dans cette demande, il y avait un courrier avec l’avis de l’établissement scolaire de Diego avant l’intégration en ITEP. Il y avait aussi l’avis du CMPP où Diego était suivi. L’avis de la psychologue scolaire. Et une lettre de notre part pour expliquer pourquoi nous souhaitions l’intégration en ITEP de Diego, et donné plus de détails si on le souhaitait sur notre quotidien et les crises.

Puis, le dossier passe en commission, pour savoir si nous avions un accord ou un refus. Et surtout, le nombre de temps pendant lequel était valable l’accord. Par exemple pour Diego, nous avons eu un accord pour 3 ans. Ensuite la MDPH, vous envoie la notification d’accord et l’envoi également aux ITEP de votre secteur pour savoir lesquels seraient susceptible d’avoir une place pour votre enfant.

Bon, moi je les avais devancés, nous avions déjà contacté l’ITEP proche de chez nous, et nous savions qu’il leur restait une place. (car oui, les ITEP ne sont pas très nombreux et donc ça peut être compliqué d’avoir une place). Nous avons eu de la chance car le second établissement du département n’avait pas de place pour la rentrée 2018. Nous les avons donc rencontré une fois l’accord obtenu. Et nous avions pu poser toutes nos questions sur le fonctionnement etc. Diego a aussi eu un entretien avec la psychologue de l’établissement.

Puis Diego à rencontré le pédopsychiatre de l’établissement et c’est lui qui a donné son accord définitif pour intégrer Diego dans cet ITEP. En tout, nous avons eux trois rendez-vous à l’ITEP avant d’obtenir l’accord définitif. Bien que nous ayons un accord pour 3 ans, ça ne veut pas dire que Diego va y rester 3 ans. On peut arrêter plus tôt, ou prolonger si besoin. Tous les ans, une synthèse à lieu pour parler de l’année suivante.

De nombreux petits changements constatés.

Depuis que Diego à intégré l’ITEP, nous avons pu constater de nombreux changements. Le plus important est sans doute l’arrêt de la “tute” ou “tétine”, il faut savoir que oui Diego à 8 ans la prenait toujours. C’était pour lui un peu son doudou, on n’arrivait pas à lui faire arrêter sans se confronter au cris, aux larmes, aux crises. Puis aux vacances de Noël, soit seulement 3 mois après le début de l’ITEP, nous avons travaillé en lien avec l’ITEP et nous l’avons arrêté. Il y a eu une ou deux petites crises la première nuit. Mais depuis, plus rien. Pour nous c’était vraiment un pas énorme.

Au départ, Diego ne voulait pas partir à l’ITEP. Les départs en taxi étaient toujours dans les cris, et les pleures. Aujourd’hui, c’est vraiment rare. La plupart du temps, il part sans rien dire. Quand on sait comment se passer les départs pour l’école l’année précédente, c’est une victoire incroyable.

On a aussi constaté une diminution des crises pour des choses futiles. Aujourd’hui la plupart des crises sont principalement car il souhaite diriger ce que font ses sœurs. Il faudrait qu’elles jouent avec lui à chaque fois qu’il le demande. Qu’elles jouent à ce qu’il veut quand il le veut. Il a encore besoin de trouver sa place dans cette grande fratrie, entouré que de filles.

Diego s’est aussi beaucoup rapproché de son papa, surtout depuis notre séparation. Ils retrouvent une complicité père, fils qu’ils n’avaient quasiment plus.

Aujourd’hui Diego dort dans son lit, avant l’ITEP, il avait besoin de dormir près de moi, presque toutes les nuits. Autant vous dire que mon intimité en a pris un coup. Surtout quand on était encore en couple.

Bref, ce sont des petites choses, mais pour nous, ça fait beaucoup.

Une synthèse prochainement.

Le 6 juin, nous avons rendez-vous avec tous le personnel gravitant autour de Diego à l’ITEP et à l’école. Mais aussi l’éducatrice qui intervient à la maison. Cette réunion est prévue pour faire le point sur la scolarité de Diego, pour voir comment va se passer l’année prochaine. Nous avons déjà rencontré son éducatrice référents et son chef de service qui nous ont déjà dit que l’on allait certainement repartir pour un an. Mais, Diego rentrera plus souvent à la maison certainement un mardi soir jusqu’au mercredi soir par mois au départ. Puis, on augmenterait petit à petit. Pour qu’à la fin de l’année, il passe tous les mercredis avec nous à la maison.

J’appréhende tout de même un peu cette réunion. Car j’ai vu l’éducatrice qui intervient à la maison il y a peu. Et elle a pu me dire qu’elle et la psychologue de l’ITEP se demandaient si Diego relevait bien de l’ITEP. Car oui, là-bas son comportement est la plupart du temps irréprochable. Il ne fait pas de crise, se contrôle et ne craque jamais. J’avoue avoir un peu peur que l’on me dise que tout compte fait, il ne restera pas à l’ITEP. Non pas parce que je ne serais pas heureuse d’avoir mon fils près de moi chaque jour. Mais, nous commençons à voir des changements, surtout vis-à-vis de sa scolarité. J’ai peur de retomber dans les crises pour ne pas partir le matin, de le revoir plonger dans des difficultés scolaires etc…

A la maison la relation avec ses sœurs est vraiment compliquée. Et j’avoue avoir peur de ne pas réussir à gérer et de me retrouver à nouveau seul face à ça. Aujourd’hui quand ça ne va pas, quand j’ai un doute. Je sais que je peux me confier à l’ITEP, que je peux leur demander conseil et qu’ils sont là pour m’aider et m’épauler.

Avant son entrée en ITEP, on se sentait seul face à ces crises, on se sentait incompris. L’idée de retrouver cette sensation m’effraie un peu. Donc nous allons voir ce que cette réunion va donner. On ne peut qu’attendre pour savoir ce qui va se passer en septembre cette année.

En conclusion.

Au départ, j’étais complètement fermée à l’idée de mettre mon fils en itep. Je ne voulais pas qu’il pense qu’à cause de ces crises je le rejeter ou que je l’aimais moins. Il a fallu que je prenne beaucoup sur moi au début pour ne pas pleurer quand il partait le lundi matin.

Aujourd’hui, je sais qu’il s’y sent bien. Il est heureux d’y aller. Il progresse petit à petit. Et, je progresse également dans mon rôle de maman. J’apprends à ne plus lui laisser une place spéciale dans la fratrie pour éviter les crises. Le meilleure exemple fut ce weekend. J’ai pris Léa pour un weekend mère fille, il y a encore 1 mois ou 2, j’aurai pris Diego pour éviter de faire face à une crise.

On ressent un apaisement général pour tous les membres de la famille. Et je ne remercierai jamais assez le personnel de l’ITEP pour ça. Ils nous aident au quotidien à retrouver le plaisir d’être ensemble. Et ça n’a pas de prix.

Sur ce, je te fais de gros bisous et je te dis à très vite pour un nouvel article.

Laisser un commentaire