Oui, je suis une maman et une gameuse, et alors ?!

Hey, coucou, aujourd’hui j’avais envie d’aborder un sujet particulier. Un sujet qui m’a déjà valut de faire face à des remarques, des critiques. Un sujet qui m’a souvent mis en cible pour des méchancetés gratuite. Bref, on va parler gaming. Car oui, je suis une maman gameuse et j’assume.

gameuse

Gameuse, geek, quelle différence ?

Une gameuse est généralement fan de jeux vidéos et joues de manières assidu. Pourquoi j’utilise le terme gameuse et non geek, ou encore geekette ? Déjà geekette, il faut arrêter avec ce terme, je pense que le mot geek n’a pas de genre et qu’il convient aussi bien à la communauté homme que femme. Le fait de rajouter ce petit sufixe “ette”, en fait un mot complètement gnan-gnan et pourtant la plupart des geeks, sont loin de l’être.

Ensuite, pour moi, un ou une geek, est une personne passionnée par de nombreux sujets. L’informatique, la technologie, la science parfois, le cinéma, principalement l’univers fantastique etc. Et même si oui, je m’intéresse à tout ça, je ne suis pas complètement accro, je ne m’y connais en informatique que assez pour me débrouiller en cas de besoin. Même si oui pour les personnes de mon entourage, je suis souvent vu comme une geek. Je ne me considère pas comme telle, mais plutôt comme une gameuse.

Et encore, je ne suis pas une grosse gameuse, complètement accro à toute les nouvelles sorties etc.. Fin, j’essaye de ne pas l’être en tout cas. Je ne parcours pas encore les conventions. Oui je dis encore, car clairement j’ai vraiment envie de le faire, surtout depuis ma séparation. Mais, c’est vrai que je joue tous les jours, ou presque.

Mes débuts, dans la communauté des gameurs.

Mes premiers souvenirs avec des jeux vidéo remontent à il y a déjà pas mal d’année. J’ai commencé avec la sega, mais il y a aussi eu la gameboy. J’ai réellement commencé à jouer plus souvent sur la nintendo 64. Puis il y a eu ps1, ps2, ps3 et maintenant ps4. Entre temps, il y a eu un petit tour sur xbox360, mais ça n’a pas duré.

Mais j’ai réellement commencé à jouer de manière plus assidue sur ps3. Mes premiers amours, c’étaient clairement les Call of Duty, mw3 et bo2 ou j’ai vraiment passé le plus de temps. Et c’est aussi sur bo2 que j’ai commencé à jouer avec un casque, un micro est où je me suis vraiment confronté à la communauté. Et j’ai découvert, que l’ on trouvait de tous chez les gameurs. Mes premières parties sur bo2 avec un casque où je jouais avec mon frère, j’ai eu de très nombreuses demandes d’amie suite aux parties, car oui, les filles étaient déjà présentes sur ces jeux, mais encore très discrète et donc les mecs étaient souvent au taqué quand ils en croisaient en jeux.

Je suis tombée la plupart du temps sur des hommes très respectueux avec qui j’ai vraiment lié des liens forts. On se retrouvait tous les jours pour jouer ensemble un pur plaisir. Et je suis tombée aussi parfois sur des gros c¤¤ qui me faisait des réflexions du genre : “tu as tes gosses à t’occuper au lieu de jouer”. Ou encore, “tu n’as pas du ménage à faire ou la cuisine”. Bref, des mecs un peu rageux qui avait du mal à supporter qu’une fille puisse leur mettre chère. Heureusement, il s’agit d’une minorité de joueurs et plus les années passent moins on trouve de personne de ce genre. Au contraire, la communauté d’homme est souvent près à nous aider, nous conseiller et c’est souvent un plaisir de jouer avec eux.

gameuse, maman gameuse

Le regard de ces personnes qui ne comprennent pas.

À la base, si je fais cet article, c’est principalement pour parler de ça. Car oui, la plupart des personnes, ne comprennent pas pourquoi, ni comment. Bah oui après tout avec 5 enfants à la maison, comment je trouve le temps de jouer, pourquoi je joue, j’ai forcément d’autre chose à faire.

Que ce soit par des personnes que je connais à peine, des personnes que je ne connais pas du tout. Ou même dernièrement l’éducatrice qui intervient pour les enfants à pus me faire comprendre qu’ils se demandaient comment je trouver le temps et pourquoi je jouais. Mais aussi comment je trouvais le temps, de tenir le blog, les réseaux etc… Sans que les enfants en pâtissent. Et oui, on en est là même sur ça, je vais devoir me justifier.

Donc, oui je comprends qu’il ne me comprenne pas forcement. Je comprends que l’on se pose des questions. Mais que l’on mette en doute mon rôle de maman parce que je joue ou encore parce que je tiens un blog. J’ai beaucoup de mal à le comprendre et à l’accepter.

Mon quotidien de maman gameuse.

Pour le moment, je suis à fond dans un jeu, un MMORPG pour ceux qui connaissent. Il s’agit de final fantasy 14, j’y joue tous les jours certes, mais pas au détriment des enfants. La journée, je suis dans mon rôle de maman, ménage, activité avec les enfants, ballades, linges, faire les repas. Et le soir, je couche les enfants vers 20h30, je fais encore un peu de rangement, je prépare les tenus du lendemain etc.. À 21h30 je me connecte sur mon jeux. Jusque 23h30 environs la semaine, et parfois beaucoup plus tard le weekend. Mais le matin, je suis quand même réveillé pour mes enfants à 6h30 la semaine et aux alentours de 8h le weekend. J’ai pris cette habitude et elle me convient très bien.

J’ai besoin de très peu d’heures de sommeils pour être opérationnel la journée. Donc, non mes enfants ne souffrent pas d’avoir une maman gameuse. Et oui comme je joue j’ai pas un regard aussi noire que certains sur les jeux vidéos. Mais, ce n’est pas pour autant que je laisse les enfants joués sans limite aux jeux vidéos. Ils sont bien plus souvent dehors ou devant un jeux de société que devant un écran.

Etre gameuse, mon échappatoire.

Ce que peu de personnes comprennent, c’est que mes jeux vidéo sont devenus une réelle échappatoire pour moi. J’habite dans un petit village avec peu d’animation. Je parle a tout le monde quand je sors de la maison, mais je ne vais chez personne, et je ne vois personne. Je ressentais déjà avant ma séparation que ce manque de lien social était parfois difficile. Mais depuis la séparation, c’est vraiment devenu pesant au quotidien, je me sentais vraiment seule.

J’ai donc repris les jeux vidéo, et depuis, je joue tous les soirs avec les mêmes personnes, on parle, on rigole, et ça me fait un bien fou. J’ai la chance d’avoir un oncle encore plus fan que moi de jeux vidéo, et nous avons les mêmes goûts et depuis tous les soirs, on a pris l’habitude de jouer ensemble. Ça me permet de sortir de mon rôle de maman 2 ou 3 h par jour, et c’est vraiment devenu indispensable pour moi.

Heureusement, j’ai aussi les weekends chez mes parents qui me permette de me déconnecter et de voir du monde IRL. Mais je pense que la socialisation grâce aux jeux vidéo et encore bien trop peu mise en avant. Oui, il y a des c¤¤, comme partout, mais il y a aussi des personnes formidable, avec qui on lie de forte amitié peu importe les km qui nous sépare.

POur conclure :

Pour finir, je dirai que oui, on peut être une femme, une maman de famille nombreuse ou non, et pourtant aimer jouer. C’est mon droit de femme de faire de mon temps libre ce que je souhaite n’en déplaise à certains.

Je trouve cela aberrant de faire un article pour me justifier sur ce point en 2019, et pourtant… Les mentalités changent petit à petit, dans la communauté des gameurs les femmes sont de plus en plus acceptés et crédibilisé.

Les regards les plus négatifs sont surtout des personnes qui ne jouent pas, ne comprennent pas cet univers. Honnêtement, les réflexions ne m’atteignent plus. Mais j’ai décidé de faire cet article non pas pour me justifier, mais pour informer sur cet univers que j’adore. Et je ne suis pas prêt de m’arrêter.

Pourtant, j’ai pensé arrêter il y a peu. Arrêter les jeux vidéo et le blog. Pourquoi ? Car on m’a annoncé qu’il y allait avoir une enquête à mon domicile pendant 6 mois pour comprendre pourquoi Diego est si difficile à la maison et si calme quand il n’est pas avec nous. Pour comprendre pourquoi Keyla commençait à montrer des troubles d’attention, etc.

Et je sais pertinemment qu’ils n’acceptent et ne comprennent pas que je joue et que je passe du temps à tenir un blog. Donc, oui, j’ai réfléchi à arrêter pour rentrer dans le moule, de la mère parfaite. Mais après réflexion, la mère parfaite n’existe pas, je n’ai rien à cacher, je n’ai pas à devenir une autre pour leur plaisir personnel. Donc j’attends cette enquête pour leur montrer que oui, je joue, oui, je tiens un blog, mais non mes enfants ne sont pas délaissées loin de là.

Sur ce je vous fais des bisous et je vous dis à très vite pour un nouvel article moins hors sujet. 😍 😘 

N'hésites pas à me laisser un petit mot.