Petites astuces pour les devoirs et les révisions

Ah les devoirs ce moment souvent redouté par les parents qui l’est encore plus par les enfants. Ils sont à peine sortis de l’école, ont tout juste eu le temps de goûter et de se dégourdir les jambes, qu’on les remet assis à une table ou sur un bureau pour faire les devoirs.

Pour certains enfants, c’est assez simple de s’y mettre et assez rapidement terminé. Pour d’autres, c’est beaucoup plus long, beaucoup plus compliqué. Certains ont une bonne mémoire, pour d’autres, il faut se montrer plus patient. Trouver des stratagèmes pour que cette tâche ne devienne pas une corvée.

faire ses devoirs maman green organisee
Image par DarkWorkX de Pixabay

Après l’école, ce n’est plus l’école.

Il y a encore quelque temps, j’avais le même rituel tous les soirs. Les enfants rentraient à 16h55, ils goûtaient et vers 17h30 / 17 h 45, on entamait les devoirs. Toujours de la même manière, assis à la table de la salle à manger, en silence et avec le moins de bruit autour possible. Je leur demandais de rester tranquilles, de ne pas bouger, de ne pas revoir leur leçon complètement avachie comme s’ils avaient le poids du monde sur les épaules. Autant te dire, que ce n’était pas toujours simple. Dès 6 ans, on leur en demande beaucoup. Il rentre de 8h de travail et on en a encore pour au moins 1h à la maison. Je pense que je n’ai pas besoin de te faire de dessin, tu te doutes bien que ce fût beaucoup trop souvent un sacré bordel.

Puis, je me suis rappelé que souvent, je révisais les leçons allongé sur mon lit, je m’étais la musique pour faire mes exercices. Bref, je faisais tout pour me sentir à l’aise. Alors oui, j’étais au collège et mise a part Léa, les miens sont encore en primaire. Mais après tout, eux aussi doivent rester assis à un bureau 8h d’affilé, calme et silencieux. Forcément, arrivé à la maison, ils ont aussi besoin de décompresser.

Etre à l’aise et détendu, la clés du succès.

C’est comme ça que j’ai commencé à me dire que je devais savoir comment eux, avaient envie de faire leur devoir. Avec ou sans musique, seule dans leurs chambres ou ensemble à la salle à manger. Debout ou assis pour réviser.

Aujourd’hui, il arrive régulièrement qu’en rentrant de l’école à 17 h pour les plus jeunes et à 17 h 37 pour Léa, ils n’aient pas envie de s’y mettre. Je les laisse simplement profiter, on mange plus tôt et ils font les devoirs après avoir mangé. Car oui, ça permet aussi d’avoir un temps calme avant d’aller au lit. Ils ne vont pas au lit plus tard pour autant, on n’oublie pas le rituel de l’histoire non plus. On remplace juste le moment jeux calme après manger par les devoirs. Et le moment de jeux à lieu plus tôt.

S’ils n’ont pas envie, on y passe indéniablement plus de temps. On fini tout stressé, légèrement à cran et ça nous gâche le peu de temps que l’on a ensemble à la sortie de l’école. Je leur laisse un maximum de liberté sur la façon dont ont fait les devoirs, par contre, je suis toujours avec eux, pour les aider et les accompagner.

J’ai décidé que les devoirs, à la maison ne seraient plus une source de tensions. Et c’est l’une des meilleures décisions que j’ai prise, car depuis que l’on fonctionne comme ça, ça se passe beaucoup mieux. Il y a encore des jours où il faut forcer un peu les loulous pour s’y mettre, mais beaucoup moins qu’avant.

faire ses devoirs, une maman green organisee
Image par Aline Ponce de Pixabay

Des idées pour faciliter l’apprentissage.

En plus des devoirs, on se retrouve parfois, avec des enfants qui ont de grandes ou petites difficultés scolaire. Des enfants qui ont du mal avec l’apprentissage classique. Il faut dans ce cas trouver des solutions pour les aider à comprendre et réussir sans que ça leurs envois une image négative d’eux même. Parfois, de petites choses très simples à mettre en place font une grande différence pour nos loulous. 

Ne pas écrire si c’est trop difficile.

Diego avait de grosses difficultés pour écrire, c’était pour lui un moment très difficile pour apprendre les dictées surtout. Parce qu’écrire les mots lui demandait un tel effort que pour 3 lignes de mots, on en avait déjà pour une heure. Et ça lui demandait tellement de concentration pour écrire et former ses lettres qu’il ne retenait pas l’ordre dans lequel ils étaient écrits. Il écrivait déjà tellement à l’école que j’ai décidé qu’à la maison, je ne lui imposerai pas d’écrire encore. Ou du moins, le strict minimum.

Surtout, que s’il n’avait pas envie, je me confrontais à une crise et on ne pouvait plus rien faire. J’écrivais donc les mots sur des feuilles que je découpais lettre par lettre. Je mélangeais toutes les lettres et il lui suffisait de les coller sur son cahier dans le bon ordre. Il retenait beaucoup plus facilement comme ça.

Bannir, complètement l’écriture n’est pas une solutions car il en a besoin, mais je trouve qu’après avoir passé 8h à l’école le nez dans les cahier, je n’avais ni l’envie, ni le besoin de lui imposer à nouveau cette difficultés supplémentaire. J’essayais tout de même l’écriture d’une fois chaque mot, au moment de la dictée pour être sûre qu’il était en capacité de former les lettres dont il avait besoin. 

Le lapbook.

En faisant quelques recherches sur les manières ludiques d’apprendre, je suis tombée sur des articles parlant de lapbook. En me renseignant, sur le sujet, je me suis rendu compte que ça correspondait assez bien à Léa qui est très créative. Elle a parfois un peu de mal à se mettre dans l’apprentissage de ses leçons.

Qu’est ce qu’un lapbook ?

Le lapbook est un livret regroupant des informations sur une notion grâce à des images, des dessins, des tableaux et des écrits. Il est facilement adaptable à l’âge de l’enfant, en utilisant plus ou moins d’écriture, plus ou moins de dessins, de collage, etc.

Avec Léa pour tester, nous avons réalisé ensemble une double page dans un cahier format 24*32, sur les classes et genres des mots. Nous avons fait ça de manière très simple, ça ne suit pas vraiment tous les codes du lapbook, mais ça nous convenait. Léa a beaucoup aimé et surtout bien retenue, nous allons donc l’utiliser plus souvent. Je vous ferai un article complet sur le sujet, car je trouve vraiment cette idée très intéressante. Je pense tester aussi avec les plus jeunes afin de vous montrer plusieurs façons de faire. Mais en attendant, tu trouveras beaucoup d’inspiration sur Pinterest. 

Matérialiser les calcules.

Quand on arrive au moment des devoirs et qu’il faut calculer, il arrive parfois que les enfants aient du mal à faire des calculs de tête. Je me rends compte par exemple que Lylou qui est en grande section, elle n’a pas trop de soucis de ce côté-là, elle est très en demande et arrive à additionner et à soustraire en gardant le chiffre le plus grand en tête. Par contre Keyla, elle en ce1 n’y arrive pas encore super bien, elle a un peu de mal, surtout une fois que l’on dépasse la première dizaine.

Je me suis dit qu’elle avait besoin de visualiser ce qu’elle faisait. Du coût, au départ, j’ai utilisé des pâtes crus, c’était beaucoup plus facile pour elle de rentrer dans l’apprentissage en voyant ce qu’on calculait. Après, j’ai investis dans des jetons ce qui m’évite d’aller chercher mes pâtes. Mais tu peux tout à fait prendre n’importe quel objet sous la main. Ça marche aussi très bien avec des lego de couleurs pour représenter les dizaines, centaines et unités pour les calculs un peu plus poussés. 

Utiliser des jeux de sociétés.

Il n’y a rien de mieux que les jeux de sociétés pour apprendre en s’amusant. N’importe quel jeu de société à un côté ludique et éducatif. Nous adorons jouer en famille, et ça permet aux enfants, de revoir de nombreuse notions sans même s’en rendre compte.

J’essaye, de faire des jeux avec les enfants chaque semaine, on agrandit notre collection de jeux de société régulièrement, anniversaire noël, brocante, etc. Par exemple, à noël Diego à reçu le monopoly gamer, un style différents du monopoly classique. Il nous permet de réviser les chiffres de 1 à 10, et aussi l’ordre de croissance de 1 à 6. Léa, elle, à reçu le trivial poursuite, idéale pour la culture générale, autant celle des enfants que la mienne d’ailleurs. Mais on peut aussi trouver des jeux à créer soi-même sur différents sujets sur Pinterest. J’ai trouvé des idées intéressantes pour la conjugaison, les tables de multiplications, etc. Il y a aussi des sites internet qui permettent d’acheter des plateaux de jeux vierges, des jeux de cartes vierges, des pions, etc. Ce qui est vraiment utile pour créer des jeux soi-même. J’essayerai de vous montrer des exemples bientôt.

Utilisation des sites internet pédagogiques.

Je sais qu’ aujourd’hui, on passe notre temps à entendre qu’il faut limiter les écrans, etc. Sauf, que je ne suis pas pour les bannir complètement. Il y a des applications et des sites internet qui sont vraiment intéressants pour l’apprentissage.

Les enfants aiment utiliser l’ordi ou la tablette au lieu d’y faire n’importe quoi, j’aime autant qu’ils utilisent ce temps pour aller sur des sites éducatifs. Ça leur permet de réviser les mathématiques, le français ou autres. Il ne faut pas en abuser, mais de temps en temps les enfants apprécient beaucoup. Je vous mets ci-dessous quelques sites sur lesquels les enfants vont de temps en temps.

En conclusion.

Je pense que cet article pourrait durer encore longtemps, car des astuces pour les devoirs il y’en a pleins. Il existe beaucoup de méthode pour faire les choses, il n’y en a pas de bonnes ou de mauvaises. Chaque personne à une façon de fonctionner qui convient à son quotidien, à ses enfants.

Moi-même, je ne fonctionne pas de la même façon avec chacun des enfants. Ils ont chacun leurs propres difficultés, leurs propres facilités et je m’adapte à chacun d’eux.

N'hésites pas à me laisser un petit mot.