POURQUOI DEVENIR BLOGUEUSE ?

Aujourd’hui, c’est grâce au challenge du groupe facebook “La blogo qui déchire” que j’ai eu envie de vous écrire cet article. Le thème du jour était justement pourquoi devenir blogueur ? Et je me suis dit qu’un article serait plus intéressant que simplement un long post insta qui serait certainement indigeste.

devenir blogueuse

Depuis quand je blog ?

Je ne te parlerai pas de mon tout premier blog où je devais avoir 13/14 ans, il s’agissait d’un skyblog. On était tellement à fond à cet âge-là.

Mon premier blog date d’il y a déjà quelques années, si je ne me trompe pas, c’était fin d’année 2017, le blog s’appelait Laulia blabla. Je l’ai commencé en parlant de l’organisation familiale, de décoration. Puis assez vite d’organisation pour les blogueuses et de plus en plus de conseil blogging pour se lancer. J’adorais parler de ce sujet.

Mais j’étais parti dans tous les sens, on m’avait contacté pour des partenariats que je n’aurai pas dû accepté, car ils ne rentraient pas dans ma ligne éditorial, mais heureuse d’être reconnu comme une blogueuse à part entière, j’ai accepté. Puis très vite, j’ai regretté ce que devenait le blog. J’ai donc décidé de tout arrêter.

Puis ensuite, il y a eu Maman sans tabou créé en octobre 2018, qui est devenu “Une maman green organisée” le 10 avril 2019. Et c’est cette troisième et dernière version qui est certainement celle dont je suis le plus fière. Il me correspond, je respecte ma ligne éditoriale et je me donne à fond pour le faire vivre.

Pourquoi devenir blogueuse ?

Il faut savoir que je lisais beaucoup de blogs, à l’époque. C’est toujours le cas, mais les sujets sont peut-être un peu différent. J’y passais vraiment beaucoup de temps. Et j’admirais ces personnes qui prenaient de leurs temps pour nous aider, nous conseiller, nous aiguiller.

À ce moment là, j’étais maman de 4 enfants, mère au foyer, dans un petit village sans aucune distraction et sans le permis. Mes journées se résumaient à s’occuper des enfants, du ménage, jouer à la console ou lire.

Et un jour, je me suis simplement dit que j’aimerais également partager mon expérience de mère de famille nombreuse. Parler et échanger sur mon quotidien, parler de ce que j’avais appris aux fils des années. Mais aussi pouvoir partager autour des troubles sévères du comportement, car c’est un sujet qui est encore trop peu évoqué ou qui renvoies souvent à l’hyperactivité sauf que l’un ne va pas forcément avec l’autre.

Bref, je voulais partager, mon quotidien, mon expérience, etc..

Devenir blogueuse, une vrai thérapie.

Il se trouve, qu’avec le recul, le blog à été pour moi une vraie thérapie. J’avais vraiment besoin d’une activité qui me servirait d’échappatoire. Je devais me retrouver en tant que femme. Bloguer, m’ a permis de me rendre compte que j’étais une personne à part entière et non pas seulement la mère de… L’épouse de…

J’ai créé des liens avec d’autres blogueuses, j’ai partagé en privé avec d’autres mamans. J’ai pu retrouver un peu de vie sociale et ça m’a vraiment beaucoup aidé. J’ai aussi eu du soutien d’autre blogueuse, avec qui j’ai partagé. Et ça m’a aidé petit à petit à avoir confiance en moi. Je pense à Fabienne, Yasmine, Sarah ou encore Laurie. Je vous parlerai très vite un peu plus d’elles, car un des sujets du challenge est la gratitude. Pour éviter d’être répétitive, je ne rentrerai pas dans les détails aujourd’hui. Mais je pense qu’elles se reconnaîtront.

Devenir blogueuse, aucun regrêt.

Je terminerai cet article en parlant, du fait que je ne regrette absolument pas d’avoir eu le courage de lancer mon blog. Je ne dis pas que c’est simple tous les jours. Tenir mon blog, me demande pas mal de temps et d’énergie. Car oui, les articles que vous lisez ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Derrière, il faut aussi maintenir le site à jour, travailler sur son design. Travaille sur son référencement, sur les réseaux sociaux. En moyenne, l’écriture seule de mes articles me prend environ 3 ou 4 heures, sans les recherches, la mise en pages, la correction, les relectures, etc. Je parle vraiment là que du temps pour les écrire. Mais c’est une moyennes certains articles me demande beaucoup plus de temps que ça. Car plus long, plus travaillé, etc. Certains par conter me prennent moins de temps, car ils sont plus court où parce que le sujet m’inspire tellement qu’il me faut peu de temps pour organiser mes idées.

Mais j’aime tellement ce que je fais que tout ce temps passé m’importe peu. Même si, je le reconnais, parfois, il m’arrive de penser que se donner tant de mal pour être lu par si peu de monde, pour avoir une communauté qui stagne et qui n’augmente pas ça ne vaut pas le coup. Mais ces pensées sont vite chassées quand je vois un commentaire positif. Un message privé pour me remercier ou me demander conseil. Je me rends compte que oui, vous êtes peu, mais vous êtes présente. Je n’écris pas pour personne, mais pour 300 personnes en moyenne chaque mois et c’est déjà vraiment bien.

Pour conclure.

Afin de terminer cet article qui est assez court cette fois. Je tenais à vous remercier. Je vous remercie d’être là, de me lire et d’échanger avec moi. Sans votre présence, j’aurai sûrement déjà arrêté alors que j’adore ça. Sur ce, je vous fais des bisous et je vous dis à très vite pour un nouvel article.

10 Comments

  1. Je pense aussi que mon blog m’a servi de thérapie. Ça a d’ailleurs été l’objet de mon article pour le premier anniversaire du blog.
    Je comprends ta frustration de ne pas être lue par beaucoup de personnes, d’autant plus que mon blog précédent était beaucoup plus suivi. Mais c’est vrai que quand on reçoit des commentaires de personnes qui ont lu les articles et qu’on a intéressé, ça rappelle qu’on s’en fiche s’il n’y a “que” 300 vues par mois, parce que dans le fond on n’écrit pas pour rien puis de toute façon on n’écrit pas pour rien puisque écrire a un effet sur nous !

    1. Je suis désolé pour ce temps e réponse un peu long, mais oui, je me rends compte que nous sommes nombreuses à penser comme ça et heureusement car sinon beaucoup de blog ne ferai pas long feu

  2. bel article, et c’est vraiment chouette quand ça peut nous permettre de faire de jolie rencontre même à l’autre bout de la France !
    bises
    alexia

  3. Je me retrouve dans tes écris j’ai commencé en même temps que mes problèmes de santé sont apparus, ça a été un peu le déclic pour me lancer. Et puis avec le temps le côté thérapeutique a fait son travail, et je dirais même que c’est un peu ce qui nous réunis toutes finalement.

    Avec le temps les écrits changent, ça devient une passion, on s’améliore et on prend confiance en soi. On se découvre des capacités, il faut juste y croire, on en a déjà parlé 😉.

    Tu as de quoi être fière parce que ce n’est pas évident de se dire je suis une maman à plein temps oui maïa aussi une femme et de tout combiner.

    bravo pour ça. Pour les partenariats je te comprends c’est pour ça que j’en ai accepté peu. Mais la joie et la fierté d’être reconnu comme tu dis prend parfois le dessus, c’est naturel.
    Au moins ça t’as permis d’apprendre et de progresser 😊

    1. Je te remercie, ça me touche beaucoup. C’est vrai que je pense que notre parcours à tout évoluer au fur et à mesure. Et même si on n’a pas commencer pour les même raisons, la passion elle est chez chacune d’entre nous je pense. Car de toute façon sans passion ça serait dure de tenir le rythme et le travail que ça nous demande.

      1. ça c’est sûr la passion fait tout. Parce qu’il n’y a rien d’excitant à passer 3h sur un article sans savoir le retour qu’il va avoir. On est un peu masochiste 😊

          1. Désolé pour le temps de réponse, et oui tu as raison, aujourd’hui il vaut mieux en faire un atout pour s’améliorer

N'hésites pas à me laisser un petit mot.